L'histoire

À leur arrivée en Béarn, il est probable que les Romains découvrirent, dans la pénombre luxuriante de nos forêts, des sites dédiés aux croyances païennes antérieures au Christianisme; y en avait-il là plus qu’ailleurs, était-ce un haut lieu de spiritualité empreint de force mystique? Quoiqu’il en soit, ils donnèrent à cet endroit un nom au travers duquel résonnent des siècles de culte, de croyances et peut-être même de magie: Lucus, traduit “bois sacré”, qui donnera son nom à Lucq de Béarn.

Quelques siècles plus tard en 1888, Pierre Saint-Martin, peu au fait des vertus transcendantes des bosquets du quartier, décide d’acquérir la propriété voisine de la sienne en raison de l’abondance de châtaigniers dont le fruit était une précieuse source de revenus. La famille Saint-Martin s’installe alors dans la maison Cougot, une très ancienne maison Lucquoise qui apparaît déjà sur le recensement de Gaston Fébus en 1385 ; depuis lors, les générations se succèdent sur la ferme entre élevage, culture du maïs et viticulture, dans la plus grande tradition paysanne Béarnaise.
Mais c’est Pierre (l’arrière petit-fils du premier) et sa femme Rose-Marie qui se tourneront davantage vers la viticulture en restructurant et agrandissant le vignoble dès 1980. Aujourd’hui Laurent et Pauline, la cinquième génération, perpétuent l’héritage familial en y ajoutant une autre dimension, la création d’un domaine viticole, Le Bois Sacré, dans l’appellation Jurançon.

Pour nous, Le Bois Sacré est un clin d’oeil à notre village de Lucq : la famille Saint-Martin y vit depuis plusieurs siècles et nous nous sentons profondément attachés à ce lieu. C’est une manière pour nous de perpétuer cet héritage en honorant à la fois la mémoire des femmes et des hommes qui y ont vécu et la terre qui les a fait vivre.
Exempts de toute intervention humaine, les bois sacrés portent en eux une notion de préservation, où la nature à l’état brut joue le rôle d’un refuge de biodiversité. A l’heure où tous les aspects du vivant sont menacés par le monde moderne, l’agriculture va de plus en plus porter la responsabilité de cette préservation, où chaque ferme digne de ce nom sera un îlot de diversité; Le Bois Sacré est l’un de ces refuges, une pause hors du monde.
Le Bois Sacré est enfin l’histoire de notre rencontre; par l’entremise du Vin nous avons parcouru de nombreuses régions en France et à l’étranger avant de revenir en Béarn pour concrétiser notre passion commune, faire du vin ensemble. À l’image de notre histoire, nous voulons faire du Bois Sacré un lieu de partage et de rencontres autour du vin.